Nos conseils

Pourquoi et comment réaliser un paillage ?

Le paillage est à fonctions multiples. On ne le dit pas assez.
Certes, il permet de réduire la fréquence des arrosages en été, mais ce n’est pas tout ! Sa présence empêche les mauvaises herbes de pousser.
Même en cas de sécheresse importante, il ne se forme pas de croûte à la surface de la terre qui empêche l’eau de pénétrer en profondeur. Donc les binages sont inutiles.
Et quand il est organique, il enrichit le sol et améliore sa structure.

Quand installer un paillage au jardin ?

Attendez juin, que la terre soit suffisamment réchauffée, avant d’étaler votre paillage...

Où étaler son paillage ?

Il est inutile de pailler tout le jardin. Concentrez vos efforts sur les plantes les plus gourmandes : les légumes du potager, les nouvelles plantations du printemps ou de l’automne précédent, les plantes qui détestent les à-coups d’arrosage...
Vous pouvez aussi pailler les endroits où les mauvaises herbes feront mauvais effet comme à la base d’une haie taillée.

Avec quoi réaliser le paillage ?

Vous avez le choix entre trois types de paillage :

Les paillages organiques

Ce sont les plus souvent des valorisations de sous-produits d’origine végétale essentiellement (écorces de pin broyées, cosses de cacao, paillis de lin ou de chanvre, débris de bois...).

 

paillage

paillage

 

Mais cela peut être aussi vos tontes de gazon préalablement séchées.
La durée de vie de ce type de paillage n’excède guère un an. Partiellement décomposés, ils sont incorporés au sol en automne ou au printemps et renouvelés chaque année au printemps.

Les paillages synthétiques

Préférez les films biodégradables à base généralement de céréales. Ils durent 2 à 3 ans puis se déchirent et se décomposent dans le sol.

paillage

Les paillages minéraux

A base de graviers, pouzzolane, billes d’argile, ardoise concassée, fragments de terre cuite... ce sont les paillages à la durée de vie la plus longue.

paillage

Selon leur teinte, ils créent des microclimats autour de la végétation. Par exemple, l’ardoise grâce à sa teinte sombre, emmagasine la chaleur durant la journée lorsqu’elles sont au soleil et la restitue la nuit. La pouzzolane, roche volcanique poreuse, est capable de se gorger d’eau pour la restituer ensuite dans l’air autour de la plante : elle génère localement une atmosphère un peu plus humide donc un peu plus fraîche qu’ailleurs.
Évitez les graviers blancs ou de couleur claire dans les endroits très ensoleillés : ils réverbèrent la lumière et peuvent éblouir.

Découvrez nos différentes solutions de paillage pour votre jardin.

Comment réaliser un paillage ?

Le principe du paillage est simple : On couvre le sol d’un matériau opaque, en couche épaisse (5 à 8 cm d’épaisseur selon la saison) qui laisse passer l’air et l’eau, mais limite l’évaporation de l’eau en surface et la pénétration de la lumière (les mauvaises herbes sont gênées dans leur croissance).

Préparer le terrain

Avant d’étaler la couche de paillage, désherbez soigneusement l’endroit, binez la terre pour éventuellement casser toute croûte qui se serait formée et arrosez abondamment.
Si vous optez pour un paillage minéral, étalez sur toute la surface un géotextile.

Pailler

Étalez une couche d’une épaisseur régulière (5 à 6 cm au minimum) du matériau choisi.
Pensez à arroser en pluie fine le paillis de lin ou de chanvre que vous venez d’installer afin que les particules légères s’agglomèrent les unes aux autres. Ainsi vous éviterez qu’un coup de vent ne fasse envoler votre paillage.

Et en plus c’est déco !

Le paillage n’est pas seulement utile, il est aussi la touche « déco » de votre aménagement. Sa présence met en valeur les végétaux.

Bon à savoir

Sous le terme « bois raméal fragmenté » ou BRF, comme le désignent les spécialistes, on désigne une nouvelle forme de paillage mis au point par des ingénieurs forestier au Canada.
Ce sont des branchages jeunes, encore verts (pas plus de 7 cm de diamètre, des déchets de taille d’arbustes par exemple) broyés que l’on étale sur le sol et, qui stimulent l’activité biologique et biochimique du sol, augmentent considérablement la fertilité (bien plus qu’un paillage organique classique) et réduisent les besoins d’arrosage (un sol enrichi avec du BRF est capable de retenir 20 fois son volume d’eau).
Il s’utilise en couche de 3 à 5 cm d’épaisseur à l’automne, à la chute des feuilles. Il est conseillé d’ajouter du compost ou du fumier lors du premier apport.
Au printemps, vous l’incorporez aux premiers centimètres du sol avec une griffe et le sol est prêt pour la belle saison !

Adeptes de l'agriculture biologique ? Préférez le paillage organique qui stimule, de façon naturelle, l’activité des vers de terre et des micro-organismes présents dans le sol, et enrichit la terre en aliments pour les plantes. Le terrain est durablement amélioré par leur emploi. En terre lourde, ce n’est pas négligeable !

Pourquoi et comment réaliser un paillage ?