Nos conseils

La fin de l’été annonce la chicorée

Le terme « chicorée » évoque immanquablement la boisson chaude aux arômes de caramel légèrement amère. Une boisson naturelle extraite des racines de la cichorium endivia, une plante herbacée sauvage de la famille des astéracées. C’est justement cette chicorée sauvage qui est à l’origine des plantes potagères que sont la scarole, la frisée, la trévise ou encore l’endive. Leur point commun à toutes : l’amertume plus ou moins marquée. Mais aussi leur ribambelle de couleurs qui, au jardin, prennent la suite des laitues.

La chicorée au potager

La chicorée, une famille, plusieurs espèces

Cichorium endivia, cichorium intybus, chicorée witloof, sauvage ou améliorée... La famille est vaste, ramifiée. Certaines sont forcées, toutes possèdent cette caractéristique pointe d’amertume et composent nos salades dès la fin de l’été. Entrons donc dans la ronde des chicorées en commençant par la scarole aux larges feuilles ondulées et à la rosette assez lâche. Et puis, il y a la frisée avec ses feuilles fortement dentelées. Les italiennes sont reconnaissables à leur pomme serrée et leurs feuilles rouges. La chicorée witloof donne, après forçage, l’endive ou chicon dans le Nord. Sans oublier les étonnantes pain de sucre aux feuilles allongées formant un cornet ou barbe de capucin aux feuilles étiolées, longues et étroites.

Quand, où et comment cultiver la chicorée ?

Quand ?

La fin de l’été marque l’arrivée des chicorées qui pourront se récolter jusqu’au début de l’hiver. Mais il vous faudra anticiper. Même si on peut toujours se procurer des plants en jardinerie jusqu’en septembre octobre, les chicorées se sèment de mai à fin août directement en place.

Où ?

Plutôt au soleil et dans un sol frais, meuble, humifère et riche, bien travaillé et profond.

Comment ?

Il suffit de semer en rangs espacés de 30 cm, puis d’éclaircir en ne conservant que les plantules avec 4 à 5 feuilles tous les 30 cm. On peut repiquer les autres plants.

Les arrosages seront réguliers (ce qui évitera la montée en graines), tout comme le binage. Le paillage est conseillé pour limiter l’évaporation et, accessoirement, éloigner les limaces friandes de tendres feuilles.

La récolte se fera 3 mois après le semis, 2 mois après le repiquage de plants. Si certaines chicorées se montrent frileuses, on peut les protéger sous tunnel.

Les chicorées pourront se récolter jusqu’au début de l’hiver

Quelles variétés de chicorées choisir ?

Chez les chicorées scaroles

  • La grosse bouclée, précoce et vigoureuse, pomme serrée légèrement bouclée
  • La géante maraîchère, vigoureuse et volumineuse, feuillage bien fourni, elle blanchit facilement et supporte les gelées
  • Les cornets de Bordeaux, de la Loire ou d’Anjou, résistantes au froid, croissance rapide, feuillage croquant

Chez les chicorées frisées

  • La frisée de Meaux, résistante à la sécheresse, pomme volumineuse qui peut atteindre 40 cm de diamètre, blanchit facilement
  • La frisée de Ruffec, résistante au froid, feuillage blond très découpé, côtes tendres et charnues
  • La grosse paumant seule, feuillage demi-fin, pomme volumineuse, feuilles à côtes blanches non bouclées
  • La fine de Louvieux, belle pomme à feuilles très divisées. Un seul défaut : elle monte facilement
  • La wallonne, la plus rustique des frisées, pomme vigoureuse et volumineuse, résistante aux gelées

Chez les chicorées italiennes

  • La rouge de Véronne, larges feuilles à couper, pomme rouge et blanche bien serrée, très résistante
  • La rouge de Trévise, belle pomme allongée rouge vif, côtes blanches

Chez les chicorées Witloof (endives)

  • L’endive de Bruxelles, beaux chicons après forçage
  • La crenoline, très résistante aux maladies, non amère

Blanchiment et forçage

Si l’amertume des chicorées est appréciée de certains, d’autres peuvent la craindre. Pour justement atténuer cette amertume, mais aussi obtenir un feuillage tendre et un coeur croquant, la frisée et la scarole peuvent être blanchies. Comment ? Tout simplement en réunissant les feuilles avec un fil de raphia 10 à 15 jours avant la récolte. La frisée peut aussi être recouverte d’un pot en terre.

Pour l’endive et la barbe de capucin, le forçage s’avère nécessaire. Il faudra d’abord arracher les racines à l’aide d’une fourche-bêche, racines que l’on laissera sécher un ou deux jours, étalées sur le sol. Opérez ensuite une sélection des plus grosses, sans trace de blessure ou de maladie, et en supprimez le feuillage en coupant à environ 3 cm du collet. Dans les régions les plus douces, on peut creuser, dans le jardin, une tranchée d’environ 20 cm de profondeur, y placer les racines verticalement puis combler avec du sable ou de la tourbe et recouvrir de paille et d’un voile de forçage. Dans les régions plus froides, on applique les mêmes règles mais dans une caisse que l’on placera dans un local sombre et hors gel. Il faudra veiller à maintenir le milieu de culture légèrement humide.

 

LES PRODUITS