Nos conseils

Plantes succulentes qui êtes-vous ?

Pourquoi un tel terme pour désigner ces plantes qui n’ont pourtant rien de comestible ? Les succulentes sont, en langage botanique, des plantes grasses qui possèdent d’importantes réserves de « suc » (de la sève en fait) dans leurs tiges ou leurs feuilles, d’où leur morphologie un peu particulière et leur feuillage de petite taille, recouvert d’un épiderme épais, parfois cireux, voire poilu pour certaines. Ces réserves de suc leur permettent surtout de survivre dans des milieux arides de nombre de régions du monde, et donc d’être parfaitement adaptées, sous nos latitudes, à la privation d’eau en été.

De par leur facilité d’entretien et leur variété de formes et de couleurs, les plantes succulentes peuvent s’adapter à tous les environnements, dans toutes les pièces de la maison du moment qu’elles sont lumineuses. Très tendance et design, ces plantes peuvent être mises en scène de différentes façons, en isolé, mais aussi dans des compositions très graphiques, associées à des cactées pour jouer sur les reliefs. On peut aussi les installer sur une souche, dans un terrarium, les mélanger avec des galets, de la pierre volcanique, les suspendre en boule ou en faire un mur végétal.

En bref, amusez-vous !

Le top 6 des plantes succulentes

Il existe environ 12000 espèces de plantes succulentes, réparties dans une trentaine de familles botaniques. Quant aux cactus, ils appartiennent exclusivement à la famille botanique des Cactacées, certains étant des plantes succulentes.

Parmi ces milliers d’espèces, certaines sont faciles à trouver dans les jardineries. Mais, malgré leur résistance à la sécheresse, il faudra leur prodiguer quelques soins pour en tirer le meilleur parti. Top 6 des plantes succulentes les plus répandues :

L’écheveria : vivace de la famille des crassulacées originaire du Mexique. Plante au port compact et rampant, aux feuilles en rosette, épaisses, charnues et cireuses, gris bleuté à argenté ou encore vert tendre à noir violacé suivant les espèces. Elle aime les expositions ensoleillées, dans une terre sableuse et bien drainée. Elle se couvre de fleurs sur tiges rouges, orange ou jaunes à partir de mai. L’haworthia : vivace de la famille des liliacées, originaire d’Afrique du sud. Plante d’une dizaine de centimètres aux feuilles vertes, souvent panachées de points blancs, dures et coriaces, qui poussent très serrées. La terre doit être bien drainée. Elle appréciera un bord de fenêtre, à l’ombre d’une autre plante, mais surtout pas en soleil direct. Fleurs blanchâtres insignifiantes. La crassula (ovata) : vivace de la famille des crassulacées, originaire d’Afrique du sud, aux feuilles arrondies vert tendre, parfois bordées de rouge. Dans de bonnes conditions de culture, au bout de plusieurs années, elle peut atteindre 1,20 mètres de haut voire plus. Petites fleurs en étoiles, blanches ou roses, en automne ou en hiver. La crassula a besoin de lumière. Le sedum : plante aux longues tiges retombantes, au feuillage vert bleuté qui a besoin d’une lumière vive mais sans soleil direct. A cultiver dans une terre bien drainée et sableuse. Peu de besoin en arrosage. L’aloes : jolie plante avec une rosette de feuilles épaisses, souples, charnues, parfois dentelées. A la fin de l’hiver, elle peut donner de petites fleurs qui s’épanouissent au bout de longues hampes. Plante qui a besoin d’une terre riche et poreuse et d’un fort ensoleillement. L’aeonium : vivace de la famille des crassulacées, le plus souvent originaire des îles Canaries. C’est une plante qui forme des touffes buissonnantes aux feuilles allant du vert pâle au noir brillant. Elle se complaît à l’intérieur, sous une lumière vive. Comme elle a une croissance rapide, prévoir un pot suffisamment grand pour ne pas rempoter tous les ans !

succulentes-trois

Si peu exigeantes les succulentes !

S’il est une plante facile, c’est bien la succulente ! Avec ses tissus et ses tiges gorgées d’eau, la plante succulente est armée pour résister aux grandes périodes de sécheresse. Ce qui n’empêchera pas, en été, alors qu’elle est en pleine croissance, de l’arroser, environ une fois par semaine. D’une façon générale, on arrose dès que le terreau est sec, par bassinage. Elle déteste, au plus haut point, avoir les pieds dans l’eau donc ne mettez pas de soucoupe où l’eau risque de stagner. Toutefois, en cas d’absence prolongée, elle saura parfaitement s’adapter en puisant dans ses réserves. Progressivement, en automne, on diminue les arrosages et on les réduit à un par mois en hiver. Veillez à ce que la plante succulente ait un apport de lumière conséquent, sans soleil direct. Les succulentes cultivées en pot auront besoin d’engrais pour se développer correctement. A faire une fois par mois entre avril et septembre.

Si facile le bouturage !

Pour résister aux conditions de vie difficiles, les plantes succulentes font des réserves d’eau. De même, pour assurer la conservation des espèces, elles ont développé une facilité de multiplication végétative pour pallier les difficultés de multiplication sexuée par grande sécheresse. Par cette particularité, le bouturage en devient facile et rapide. Au printemps ou au début de l’été, il suffit de prélever une feuille ou une tige en la coupant nettement et proprement. Ensuite, on peut laisser sécher la plaie quelques jours, à plat sur le pot jusqu’à l’apparition de petites racines ensuite mettre en terre dans un mélange de sable et de substrat. D’autres plantent directement la tige ou la feuille au 1/3 dans un mélange sable-substrat.

Si rapide le rempotage !

A faire de préférence au printemps, à la reprise de croissance de la plante, suivant les besoins ou tous les deux ou trois ans puisque les succulents ne craignent pas de se sentir à l’étroit. Il faut éviter de choisir un trop grand pot qui augmenterait le risque de rétention d’eau donc de pourriture. Choisir un terreau spécial cactus que l’on peut éventuellement amender de sable grossier afin d’améliorer le drainage. Utiliser un pot en terre cuite, pas trop profond, où seront déposés des tessons cassés qui ne doivent pas obstruer le trou de drainage. Couper les racines mortes puis rempoter dans un terreau légèrement humide. Bien veiller à ne pas enterrer les parties charnues et le collet de la plante. Ne pas arroser avant 2 ou 3 semaines.

 

LES PRODUITS